Pages

dimanche 6 décembre 2015

La Couleur du Lait


Auteur : Nell Leyshon
Edition : 10/18
Pages : 187
Prix : 6,60 €
Note : 3,5/5



Résumé

1831, Mary, une jeune fille de quinze ans, mène une vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset. Simple et franche, mais lucide et entêtée, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu'on l'a envoyée chez le pasteur Graham pour servir et tenir compagnie à son épouse, une femme fragile et pleine de douceur. Avec elle, elle apprend la bienveillance. Avec lui elle découvre les richesses de la lecture et de l'écriture... mais aussi obéissance, avilissement et humiliation. Un apprentissage qui lui servira à coucher noir sur blanc le récit tragique de sa destinée. Et son implacable confession. 
Nell Leyshon réalise un travail d'orfèvre avec ce portrait inoubliable, où vibre la voix lucide et magnifique de son héroïne.



Avis

Ce roman, c'est d'abord une expérience inouï. Pour moi, c'était la première fois que je lisais un roman écrit de cette manière. Je dois avouer que pendant les premières pages j'ai du relire certains passages car je ne comprenais pas qui parlait ou ce que la narratrice voulait dire. Puis, je me suis habituée et ma lecture est devenue plus fluide.
Ce roman couvre une année, l'année 1831, qui nous est raconté par Mary. Ce livre, c'est son livre et, elle l'écrit de sa propre main après qu'elle ait tout juste fini d'apprendre à lire et à écrire. Mary vit à la ferme avec ses parents, son grand-père et ses 3 sœurs dont elle est la plus jeune. Elle commence son livre au printemps 1831 et l'achève au printemps suivant. Lorsque arrive l'été 1831, son père l'envoie travailler au presbytère.
Dans ce livre, il n'y a aucune majuscule et aucun tiret pour les dialogues c'est pour ça qu'au début, la lecture est un peu plus difficile. Cependant, cela nous permet de mieux appréhender la narratrice et de mieux la comprendre. N'oublions pas qu'elle vient tout juste d'apprendre à lire et à écrire et que c'est SON livre. J'insiste bien sur ce point car sinon, je pense qu'il est fort possible de passer à côté de ce roman. On a vraiment l'impression de lire un journal intime qu'aurait pu écrire un enfant. Il n'y a aucune structure, des fautes de langages et on voit bien que la narratrice écrit comme elle parle. Je pense que c'est là tout le travail de l'auteur. Elle a réussit à "recréer" la vie d'une jeune fille telle qu'elle aurait pu la vivre et l'écrire au XIXe siècle. Mary est une jeune fille courageuse et bienveillante au destin tragique. J'aurais parfois aimé en savoir plus sur ses sentiments pour mieux la comprendre. Je pense que l'auteur aurait pu approfondir un peu certains passages pour toucher encore plus le lecteur. Ce livre survole en quelque sorte la vie que Mary nous raconte, et, c'est un peu dommage. Mais, malgré tout, on comprend Mary. La fin est terrible, je ne vous le cache pas. J'avoue que plusieurs fois je me suis demandée pourquoi elle ne partait pas. Et puis, je me suis dis que la vie au XIXe siècle ne devait pas être aussi facile que ça et, encore moins quand on a une "patte folle". 
Je dois dire que j'admire le personnage de Mary et je pense que c'est une lecture qui pourra conquérir un certain nombre de lecteur.

" ceci est mon livre et je l'écris de ma propre main.
  nous sommes en l'an de grâce mille huit cent trente et un, j'ai quinze ans et je suis assise à ma fenêtre. je vois beaucoup de choses, je vois les oiseaux qui piaillent dans le ciel, je vois les arbres je vois les feuilles.
   et chaque feuille a ses veines.
   chaque tronc a ses fissures.
   je suis pas très grande et mes cheveux ont la couleur du lait.
   je m'appelle mary et j'ai appris à écrire mon nom. m. a. r. y. ce sont les lettres de mon nom.
  je vais vous raconter les choses telles qu'elles sont arrivées mais je ne veux pas me précipiter comme les génisses au portail sinon je vais m'empiéger et de toute manière vous préférez sûrement que je commence par là que les gens commencent en général.

   et c'est au commencement. "

2 commentaires: